Ce qu’en pensent l’OCDE et les américains

Ce qu’en pense l’OCDE

Dans un rapport rendu le 25 avril 2006, l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) avait émis un avis sur la politique des pôles menée par la France. L’organisation approuvait la création des pôles de compétitivité:

« La politique territoriale est passée d’une logique de redistribution à une politique de valorisation des avantages compétitifs« .*

Ce soutien n’en était pas moins critique. L’OCDE observait ainsi que

« le programme français se distingue aussi par son ampleur… en nombre de pôles. Il faudrait mieux fixer les priorités ».

Une manière de pointer le risque de saupoudrage des moyens.

En outre, l’organisation mettait en avant le problème de l’évaluation des résultats.
Un des auteurs du rapport expliquait** ainsi que:

« Dans la plupart des pays anglo-saxons, scandinaves et en Italie, des indicateurs de résultats conditionnent l’obtention de fonds complémentaires, après le financement initial. En France, ce n’est jamais le cas ».

Un reproche souvent fait aux pouvoirs publics français, notamment à gauche de l’échiquier politique: trop souvent, ceux-ci verseraient des aides aux entreprises sans chercher à en juger les résultats. De leur côté, certaines entreprises profiteraient d’ »effets aubaine », sans réellement donner de contreparties en retour, notamment en terme d’emploi.

L’OCDE reprochait également une faible prise en compte de la dimension européenne ; un nombre trop important d’intervenants sur les pôles (Il existe sept couches d’administration) ; et le manque d’autonomie des universités, les empêchant de prendre des décisions.

Le rapport estimait ainsi que:

« (les universités) ne pourront jouer leur rôle face aux autres acteurs que sont les entreprises ».

Points de vue américains

Le quotidien américain The International Herald Tribune*** analysait à propos des pôles de compétitivité français:

« la France a opté pour une politique de croissance qui s’inscrit dans la lignée de sa vision industrielle singulière […] à travers une série d’initiatives qui ne sont pas sans rappeler les grands chantiers des années 1960 – tels le TGV et le choix de l’énergie nucléaire ».

[…]
Pour autant, le quotidien n’en réserve pas moins son jugement :

« pour l’heure, les pôles de compétence français qui ont le vent en poupe, comme la fabrication de galettes de silicium à Grenoble ou les chantiers navals sur la côte atlantique, font un peu figure d’anomalie. Mais lorsqu’ils décolleront réellement, ils pourraient bien donner des résultats surprenants ».

Autre réaction d’Outre-Atlantique ; celle de fonds de pensions qui pèsent de plus en plus lourd dans l’économie mondialisée. Les représentants d’une quinzaine des plus grands fonds américains (500 milliards de dollars de capacité d’investissement à eux tous) ont passé près de deux semaines en Ile-de-France au printemps dernier (ndlr: en 2006). Ils y ont visité les pôles Cap Digital Paris Région et Medicen Paris Région (anciennement Meditech Santé Paris Région).

[…]

* Note le chef de la division des examens territoriaux et de la gouvernance de l’OCDE, cité par Le Monde, du 26/04/2006.
** Le Monde, du 26/04/2006
*** Cité par Courrier International, 28/04/2005)

Source: pour lire l’article intégral, allez sur France2.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s