Un premier bilan sur les pôles de compétitivité

Voici un article résumant le premier bilan des pôles de compétitvité effectué par le cabinet de conseils KPMG. Vous pouvez télécharger l’étude en cliquant ici (inscription nécessaire).

KPMG vient de livrer un court premier bilan sur les Pôles de Compétitivité en France, fondé sur une série d’entretiens avec leurs acteurs, qui pointe du doigt plusieurs « défauts de jeunesse » et suggère de se concentrer sur les bonnes pratiques pour progresser rapidement.

Le cabinet de conseil et d’audit établit 6 constats majeurs :la stratégie internationale et la veille concurrentielle sont insuffisamment maîtrisées ; si les partenariats inter-entreprises ou avec la recherche sont bien intégrés, la formation ne l’est pas encore – le cabinet notant en particulier l’absence des écoles de commerce dans les pôles ; la réussite se mesurera sur le chiffre d’affaire et le développement de nouveaux marchés, notamment à l’international – en revanche, les acteurs ne considèrent pas l’emploi, ni l’impact sur les territoires, comme des objectifs prioritaires des Pôles ; après un an de fonctionnement, les entreprises se sentent insuffisamment impliquées dans les pôles, assez éloignées des acteurs académiques et jugent les résultats économiques « très peu significatifs » ; les entreprises sont réticentes à coopérer dans le domaine de l’innovation, alors que les effets de la coopération constituent « l’un des atouts clés d’un Pôle » ;

les points à améliorer : appropriation de la stratégie, rapidité d’instruction des aides, relation entre acteurs et meilleure communication vers l’international.

Les participants restent néanmoins optimistes sur la portée du concept et 50 % des 158 entreprises, institutions et acteurs de la recherche interrogés considèrent que les pôles devraient leur
permettre d’avoir une meilleure visibilité internationale.

Auteur : Internet-Actu – License CC – 03/01/2007
1
A retenir: après 2 ans d’existence, les pôles de compétitivité doivent davantage développer une vision stratégique; renforcer les liens entre entreprises et centres de recherche; valoriser les compétences; investir toujours plus sur les projets innovants et enfin acquérir une véritable visibilité internationale.
1
Document à lire: Pôles de compétitivité : le premier bilan, Laurence Chesnais, Florence Pijaudier-Cabot, Didier Willot, Industries, novembre 2006 – n° 118, p. 11-23.
Publicités

Une réponse à “Un premier bilan sur les pôles de compétitivité

  1. Les pôles de compétitivité étant encore jeunes, peut-être est-il tôt pour les juger. Néanmoins, si certains comportements ne changent pas, il apparait certains que leur développement est compromis.

    Trop peu de pôles intègrent aujourd’hui pleinement la notion d’intelligence économique, pourtant vitale pour le développement économique. Sans prospective, comment un pôle pourrait-il se positionner par rapport aux autres clusters européens ou mondiaux ?

    La coopération doit également jouer un rôle majeur dans les pôles de compétitivité. La guerre économique renforce nécessairement les besoins de coopération, notamment par le biais du partage de l’information. Trop souvent, on se retrouve à faire plusieurs fois les mêmes études coûteuses quand une mutualisation permettrait de réduire les coûts. Par ailleurs, on prend très rarement le temps de revenir sur ce qui a été pour l’améliorer …

    Pour arriver à la transformation des pôles de compétitivité en véritables écosystèmes de la connaissance, tous ces aspects doivent être traités !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s